Coup de Griffe

Les golfeurs en appellent aux chasseurs !

Dans ce même gros village les golfeurs qui sont en majorité écologistes se plaignent de la prolifération des ragondins et des sangliers qui endommagent le terrain.

Ils n'ont pour solution que de réguler cette population, mais comment faire eux qui veulent tout protéger et ne rien tuer?

Devinez à qui ils ont fait appel pour réguler les envahisseurs: aux chasseurs qui ont résolu le problème et devinez comment.

Je vous laisse chercher les contradictions de ces protecteurs de la nature quand il s'agit de leurs propres intérêts.

Pression écologique contre la chasse.

Entre Camargue et Provence un gros village est sous l'influence écologique.

Il y a, dans ce gros village, depuis  des décennies une " Maison de la Chasse et de la nature". 

Cette dénomination, aux dires de ses dirigeants, est contre productive pour sa fréquentation et change de nom et devient:

La Maison de la Nature et de la chasse. En abrégé: " M N c "

il est précisé dans les accords que "et de la chasse" doit être en tout petit: les chasseurs apprécieront. 

À terme on peut s'interroger si le " et de la chasse" ne va disparaître sous la pression d'un certain courant de pensée qui considère avoir le monopole de la biodiversité et de la protection de la nature. 

Je suis écologue et je chasse: pourquoi?


Je chasse parce que c'est en moi, et les deux ou trois hurluberlus qui tanguent comme des culbutos en rabâchant leurs âneries ne me font même pas vaciller un orteil.
Ça vous la coupe, ça hein, chers amis anti-truc et autres végans, animalistes ou je ne sais quels idéologues sectaires. Je chasse. Oui. Comme cela a été le cas pour l'humanité tout entière depuis des millions d'années. Et par pitié ne venez pas m'opposer le sophisme de tradition. Il y a une différence entre la tradition et la nature. Vous voulez vivre comme des vaches ? Allez-y, broutez. Je suis omnivore. Ma nature n'est pas une tradition. C'est ma nature. Alors remballez vos éléments de langages à deux sous, et faites vous un steack de branches.
Pourquoi Je chasse ?
Parce que je n'ai pas renoncé. Parce que je crois encore qu'il est possible de vivre en harmonie avec la nature. Je vous accuse, vous, d'avoir tout sacrifié sur l'autel du confort, au détriment de ce que vous êtes. D'avoir arraché vos racines, et de les exhiber comme des trophées. Aidés que vous êtes par des people en mal de raisons d'exister, et par des ministres dont la petite pensée se meurt dans un tweet rose bonbon.
Je vous accuse d'avoir rompu le pacte qui promettait plus d'humanité, plus de bienveillance quand il s'est agi de troquer l'arc et les flèches pour l'élevage. J'ai pas choisi de vivre votre absurdité. Je suis né dedans. Et vous voulez me dénier la dernière part de mon héritage, parce qu'elle contrarie vos illusions d'éternité ?
Je vous accuse de condamner le monde à votre dictature émotionnelle qui a mené dans le passé tant de sociétés dans le chaos et la destruction. Essayez de penser, on ne sait jamais, ça pourrait vous mener à la connaissance.
Je vous accuse de dénier à l'homme sa place originelle dans les écosystèmes. Vous êtes des spectateurs de la nature, où tout ce qui ressemble vaguement à Bambi est une biche. Je suis pleinement acteur de la nature et je connais les animaux qui naissent dans mes forêts. Je les connais même personnellement, à l'image de ce vieux brocard fantôme que j’ai traqué pendant des années sans parvenir à tromper sa vigilance.
Vous vous croyez modernes, vous agitez le drapeau de l'archaïsme, mais vous vivez d'autres temps chers amis. Vous vivez encore le temps de la destruction quand je vis celui du retour aux sources. C'est ça la modernité. C'est avoir le courage de tuer sa nourriture et pas la lâcheté de la sous-traitance, ou celle de l'ignorance des conséquences de son alimentation, fut-elle végétale.
Je vous accuse de vous déculpabiliser de votre boulimie énergétique, et de votre surconsommation, en crachant sur des gens dont vous ignorez tout. Nous sommes votre croque-mitaines, l'image d'un mal qui vous rassure parce que facile à nommer. Nous sommes votre excuse pour continuer à détruire cette planète. Vous êtes responsable de la disparition des espèces. Oui, vous l'animaliste, vous êtes aussi responsable.
Et tout en pourrissant l'environnement, vous tentez de substituer des lois ancestrales à votre ordre moral liberticide et dangereux. Vous croyez qu'en tant qu'humains, vous valez mieux que les autres espèces ? Que vous n'avez pas votre place dans l'équilibre des écosystèmes ? C'est bien votre idéologie nauséabonde qui est dangereuse.
Vous voulez savoir pourquoi je serai toujours là, quand vous serez oublié depuis des lustres ? Parce que, comme tous les chasseurs depuis la nuit des temps, j'ai la conscience exacte de ce que je dois faire pour vivre encore ma nature. Je dois protéger mon environnement sous peine de voir disparaître les ressources de mon mode de vie. Votre théorie de licorne ne fera jamais le poids face à mon pragmatisme.
Vous avez une vision abstraite, mélodramatique et anthropomorphique du monde animal, et j'ose le dire, vous êtes à la solde de ceux qui veulent monnayer une faune sauvage qui n'appartient à personne. Des intérêts financiers qui vous dépassent, se servent de vous pour retirer les dernières traces de sauvage dans ce monde qui se bétonne aussi vite que vos consciences.
Ce qui tue la biodiversité, c'est l'urbanisation galopante, la pollution des sols, et globalement toutes les réponses économiques à votre soif de possession.
Mais le plus terrible pour vous, ce que vous ne supportez pas, c'est que j'ai affaire à ce qui vous fait le plus peur, le tabou entre tous : La mort. Pire, j'en fais une alliée de ma quête, je l'apprivoise, et je la respecte. Je la connais. Je la ressens et comme pour vous je sais qu’elle me rattrapera.
En vérité je vous le dis : On ne démolit pas un monument avec un tournevis et trois sophismes.

Destruction de la faune.

Depuis des décennies, tous les ans, il y avait dans les Alpilles une ancienne carrière qui était le lieu de reproduction des guêpiers. Oiseaux magnifiques que les photographes animaliers avertis se faisaient un plaisir de mettre sur leur pellicule. Équipés de zoom, se tenant à distance ils ne dérangeaient pas les oiseaux et étaient respectueux de leur environnement. Photographes et oiseaux  cohabitaient sans problème et tous les ans ce merveilleux spectacle se reproduisait. C’était un lieu qui passait inaperçu pour les promeneurs.  
Tout vient de changer. Depuis deux ans dans le but de protéger la nature les bureaucrates ont décidé de protéger la nature pour la sauvegarder. Et là tout change, l’effet recherché par ces penseurs ignares provoque l’effet inverse. 
Aux abords de cette ancienne carrière ils mettent des panneaux qui font savoir qu’il y a de beaux oiseaux qui nichent et que l’on doit les protéger. Et là les photographes animaliers équipés de téléphones portables sont rentrés en action. Pour faire leurs photos ils se sont approchés des nids, faits du bruit, modifiés le biotope de ces beaux oiseaux.
La conséquence de ces pseudos protecteurs de la nature et écologiste de bureau: cette année en 2020 plus un seul guêpier sur ce site. 
On ne s’improvise pas photographe animalier ou reporter de nature. Vous, photographe dont votre seul matériel est un téléphone ne vous prenez pas pour des reporters de nature, ne vous prenez pas pour des journalistes. Restez à votre place et prenez conscience de ce que vous êtes à savoir un incompétent dans ce domaine. Continuez à photographier papa, maman, vos chéris mon cœur, les cathédrales, les soirées barbecue mais ne vous aventurez plus à vouloir vous prendre pour ce que vous n’êtes pas.

L'écologie à la Française

Ecologie à la Française …
Réchauffement de la planète.


Surface planète: 510 milliards de Km2
Surface France: 644 mille Km2
Soit: 0,126%

Habitants planète: 8 Milliards
Habitants France: 67 Millions
Soit: 0,84%

Voitures planètes: 1,2 Millards
Voitures France: 400 Millions
soit: 0,33%

Les émissions de Co2 de la planète sont en milliard de tonne et par an de 32,84 (32 millards de tonne).
Les émissions de Co2 de la France et par an sont de 0,32% du total de la planète.


Au vu de ces chiffres autant dire que la France, à son échelle, ne peut rien faire pour la planète et pourtant les écolos français persistent et veulent sauver la planète: cherchez l’erreur. 

En conclusion:
Ils devraient faire de la culture bio de cervelle et se l’implanter pour mieux réfléchir au peu d’utilité de leurs actions à l’échelle de la planète. Actions qui sur le plan national sont plus dérangeantes qu’utiles.

Piégeage du corbeau

On peut être chasseur ou agriculteur, on peut considérer que le corbeau est nuisible, on peut penser qu’il est prédateur du gibier que l’on chasse ou des produits que l’on cultive on peut donc décider de le piéger je peux le comprendre.
Mais on n’a pas le droit de ne pas respecter l’animal et de le sacrifier dans une mort lente et atroce. 
Attiré dans une cage il va mourir de faim, de soif et d’épuisement. 
Le pire est à venir: ils vont le laisser pourrir rongé par les asticots  aux yeux de ses congénères qui subiront le même sort. 
Quand on connaît la forte anticipation du corbeau je vous laisse imaginer...