Coup de griffe

La destruction de la faune.


Depuis des décennies, tous les ans, il y avait dans les Alpilles une ancienne carrière qui était le lieu de reproduction des guêpiers. Oiseaux magnifiques que les photographes animaliers avertis se faisaient un plaisir de mettre sur leur pellicule. Équipés de zoom, se tenant à distance ils ne dérangeaient pas les oiseaux et étaient respectueux de leur environnement. Photographes et oiseaux  cohabitaient sans problème et tous les ans ce merveilleux spectacle se reproduisait. C’était un lieu qui passait inaperçu pour les promeneurs.  
Tout vient de changer. Depuis deux ans dans le but de protéger la nature les bureaucrates ont décidé de protéger la nature pour la sauvegarder. Et là tout change, l’effet recherché par ces penseurs ignares provoque l’effet inverse. 
Aux abords de cette ancienne carrière ils mettent des panneaux qui font savoir qu’il y a de beaux oiseaux qui nichent et que l’on doit les protéger. Et là les photographes animaliers équipés de téléphones portables sont rentrés en action. Pour faire leurs photos ils se sont approchés des nids, faits du bruit, modifiés le biotope de ces beaux oiseaux.
La conséquence de ces pseudos protecteurs de la nature et écologiste de bureau: cette année en 2020 plus un seul guêpier sur ce site. 
On ne s’improvise pas photographe animalier ou reporter de nature. Vous, photographe dont votre seul matériel est un téléphone ne vous prenez pas pour des reporters de nature, ne vous prenez pas pour des journalistes. Restez à votre place et prenez conscience de ce que vous êtes à savoir un incompétent dans ce domaine. Continuez à photographier papa, maman, vos chéris mon cœur, les cathédrales, les soirées barbecue mais ne vous aventurez plus à vouloir vous prendre pour ce que vous n’êtes pas.